Un projet de recyclage au centre pour enfants sourds et muets de Luang Prabang (Delphine)

Dans cet écrit je vais vous faire part de ma vision en ce qui concerne la cause environnementale au Laos en décrivant quelques anecdotes et parlant d’un nouveau projet mis en place au centre pour enfants sourds et muets de Luang Prabang.


En arrivant au Laos, j’ai été frappée par cette question autour de l’écologie.


En effet, même si en France il y a encore beaucoup de progrès à faire dans ce domaine, quelques décisions notamment sur l’utilisation du plastique ont modifié le comportement de la population et des solutions afin de réduire les déchets se développent de plus en plus.


Pour ma part, j’ai très souvent des sacs réutilisables avec moi et j’essaie au maximum de limiter mes déchets.


Au Laos, le plastique est utilisé en très grande quantité et se retrouve la plupart du temps dans la nature. Les Laotiens pensent parfois que cela n’a pas d’impact sur l’environnement car pendant la saison des pluies les déchets sont emportés par les rivières et tout à l’air de nouveau propre.


Je me retrouve donc à devoir insister régulièrement sur le fait de ne pas mettre mes achats dans des sacs plastiques : « bo sai tong yan »- « n’utilisez pas de sacs plastiques ». Je vais même parfois acheter un jus de fruit en emportant avec moi une paille réutilisable. Ceci n’a pas un impact important sur l’environnement mais j’espère avoir un petit impact de sensibilisation à cette cause.


Seulement quelques magasins, restaurants ou autres lieux n’utilisent pas systématiquement des sacs plastiques et développent des alternatives. Le bambou peut être utilisé comme récipient, comme paille, les feuilles de bananiers sont utilisées comme emballages.


Quelques expériences montrent que cette sensibilisation à l’utilisation du plastique fait peu à peu son chemin :

  • Un jour, en allant à un restaurant indien que nous fréquentons régulièrement, nous proposons au gérant d’utiliser des pailles en bambou plutôt que des pailles en plastique. Celui-ci répond que les pailles en plastique coûtent moins cher. Cependant quelques mois plus tard nous constatons qu’ils utilisent des pailles en bambous dans ce restaurant.

  • Des événements de nettoyage collectifs sont organisés régulièrement dans la ville. Une grande quantité de déchets est ramassée à chacun de ces événements.


Tout ceci m’amène à parler d’un nouveau projet mis en place au centre où j’interviens.


Pendant le confinement, j’étais en colocation avec une personne utilisant des capsules de café et ayant gardé les anciennes déjà usagées. Appréciant les activités manuelles et sachant que des créations étaient possible avec ce matériel, j’ai commencé cette activité pour occuper mon temps libre. En discutant avec des personnes ayant vu ces décorations, l’idée de créer un atelier au centre avec les jeunes filles du foyer a émergé